Maison

Gobeti d’accrochage : les avantages

Le gobetis d’accrochage est l’une des principales étapes lors de la réalisation d’un enduit mural, notamment sur les murs en parpaing. Sa réussite garantit une belle accroche du corps d’enduit, de même que de la couche de finition. Alors, quels sont les avantages d’un gobetis d’accrochage ? Quels en sont les types ? Comment bien appliquer du gobetis ? Éléments de réponse dans cet article.

Quels sont les avantages d’un gobetis d’accrochage ?

Tout d’abord, il faut préciser que l’enduit s’applique en trois différentes couches. Parmi ces dernières, figure le gobetis qui représente la première épaisseur à laquelle fait suite le corps d’enduit et la couche de finition. Encore appelée le mouchetis ou giclage, cette couche d’accrochage se compose majoritairement de liants. Elle permet alors de consolider l’adhérence de l’enduit sur le mur.

A voir aussi : Plaque induction : le matériel qu'il vous faut

En effet, le gobetis fonctionne tel qu’un crampon. Il comprend entre autres de l’eau, du ciment et de sable, et il est possible de l’appliquer sur tous les supports, sauf qu’il faudra bien doser le mélange du ciment et du sable. Cela permettra de donner une belle résistance à l’enduit et il est justement déconseillé d’incorporer d’hydrofuge au niveau du gobetis, car cette matière ne garantit pas l’étanchéité du mur.

Par ailleurs, lorsque le gobetis s’applique sur un mur de pierre, il faut veiller à ce qu’il soit poreux afin de faciliter l’évaporation de l’eau qu’on pourrait voir remonter dans les murs. De plus, il faut que le gobetis soit assez souple pour un bon séchage des différentes couches suivantes susceptibles de se rétracter avec une perte considérable d’eau.

A lire également : Les meilleurs gadgets domotiques pour la maison en 2022

Quels sont les types de gobetis?

Il existe trois types de gobetis qui se distinguent par leur matière de composition. Il s’agit du :

  • Gobetis au ciment: obtenu à partir du ciment, il s’utilise essentiellement sur les murs de parpaing puisqu’il ne présente pas un aspect poreux. Notons que ces murs sont composés de 86% de granulats, 9% de ciment et de 5% d’eau ;
  • Gobetis à la chaux: il est très souvent employé pour le revêtement des murs faits de pierre en raison de la porosité qui favorise l’évaporation de l’eau. Le gobetis à la chaux s’utilise particulièrement lors de la restauration des anciennes structures, du fait de sa flexibilité ;
  • Gobetis au ciment et à la chaux: polyvalent, il convient à tous les murs en parpaing ou en briques. Cela est dû aux différentes propriétés de la chaux et du ciment présentes dans sa composition.

Comment appliquer un gobetis d’accrochage ?

L’application d’un gobetis d’accrochage se fait selon plusieurs étapes à savoir :

Le nettoyage du mur

La première étape consiste à préparer le support en nettoyant le mur. Bien que le mur soit neuf, son état n’est jamais assez suffisant pour l’application d’une couche de gobetis enduits. Cela étant, il faut procéder aux éventuelles réparations telles que la fermeture des trous et des fissures. Ensuite, il faut faire disparaître la poussière et toutes les impuretés qui se trouvent sur le mur grâce à une brosse. Le but de cette étape est d’assainir le mur de sorte qu’il devienne bien propre. Notons qu’une surface sale n’est jamais favorable à l’accrochage du revêtement.

L’humidification du mur

Une fois le mur nettoyé, il faut à présent l’humidifier. Très souvent, le mur se compose de matériaux poreux. Dans le même temps, le gobetis de ciment est obtenu à partir d’une quantité suffisante d’eau, du moins plus important que celle qui sera utilisée lors de la cristallisation au séchage.

En effet, lorsque le mur est poreux, celui-ci peut facilement absorber une bonne partie de l’eau, ce qui ne favorise pas la saisie de l’enduit. Pour cela, il est important d’humidifier le mur avant de penser à l’application du gobetis, surtout, lorsqu’il s’agit d’un mur de parpaing, en brique creuse ou encore en béton.

L’application du gobetis

La troisième étape consiste à appliquer le gobetis. Cela revient à préparer un enduit clair, c’est-à-dire dilué, avant de le projeter sur le support humide à partir d’un revers de truelle. Cette sous-couche est d’autant plus importante qu’elle favorise l’accrochage de l’enduit de mortier.

Il faut noter que la façade brute n’a pas une forme standard. Elle peut être plane ou verticale, et c’est justement pour cela que la réparation des anomalies à partir de l’application intuitive du gobetis parait complexe. Ainsi, pour se débarrasser des imperfections, il faut que l’épaisseur du gobetis soit comprise entre 1 et 2 cm. Le cas contraire, il est probable que l’enduit se décolle.